Les qualités requises pour être indépendant·e

Élodie Daubié
0 commentaire
Facebook
Twitter
LinkedIn
Les qualités pour être indépendant

Dans un contexte où il vous incombe de définir votre offre et vos tarifs, trouver vos missions, cadrer votre champ d’actions, faire vos rendus et organiser votre planning pour honorer vos engagements, il existe bien des qualités inhérentes à la pratique d’un métier en freelance

De l’importance d’avoir de nombreuses cordes à son arc

L’expertise constitue, bien entendu, le cœur de l’activité du ou de la freelance. Un·e freelance qui arrive à fidéliser sa clientèle, c’est une personne qui maîtrise son sujet. Il est donc nécessaire, dans bien des domaines (technologiques notamment), de mettre à jour ses compétences régulièrement afin de rester attractif·ive.

Compétences freelance

Cela permet également de mettre en avant une réelle expertise, appuyée par des formations, des expériences passées, et des recommandations.

Développer des compétences complémentaires est tout aussi important pour gérer son entreprise sur le long terme, et apporter à votre offre du conseil et/ou de nouveaux services dans des domaines qui ne relèvent pas forcément de votre expertise.

Ainsi, un·e webdesigner ayant de bonnes notions d’UI et d’UX design propose un panel de savoir-faire large à sa clientèle, plus complet, qu’un·e webdesigner qui ne s’y est pas formé·e.

Un·e rédacteur·rice web qui propose un conseil personnalisé en community management ou en stratégie SEA peut se positionner en tant que consultant·e marketing aux yeux d’une entreprise.

Un·e monteur·euse vidéo peut être force de proposition sur la stratégie de contenu d’une marque, et ainsi développer son rôle d’accompagnement sur des sujets de direction artistique et brand content.

Notion-clé : apprendre à se vendre

Ceci dit, avoir des compétences solides ne fait pas tout : encore faut-il savoir les vendre. Et c’est là un point qui est souvent source de problème pour les freelances qui démarrent tout juste.
Il n’est pas toujours simple de développer ses compétences commerciales, son aisance orale, sa présentation d’expert·e, surtout quand on est seul·e et novice face à la situation.

C’est pourquoi les freelances doivent apprendre, le plus rapidement possible, à :

  • faire un pitch commercial concis et efficace, pour présenter leur offre et inviter leur auditoire à recevoir davantage d’informations
  • présenter leur savoir faire professionnellement, en appuyant leurs rendus, les résultats obtenus, leurs retours d’expérience et différents savoir-être
  • négocier avec leurs client·es pour s’assurer que la mission se déroule dans un cadre accepté par les différentes parties, et à un tarif qui est en accord avec la situation d’indépendant·e.
Savoir se vendre

Les savoir-être, aussi importants que les savoir-faire

Enfin, un·e freelance efficace dont l’activité perdure, c’est un·e freelance qui fait preuve d’une grande autonomie, adaptation et remise en question.

C’est une personne qui prévoit son emploi du temps à l’avance et qui sait communiquer avec sa clientèle pour rassurer sur l’externalisation de leurs projets. C’est également un profil polyvalent, qui fait preuve de discipline et de rigueur (il en faudra beaucoup côté administratif).

La ou le freelance doit savoir gérer les coups de rush, les projets qui se multiplient et sa charge de travail : il serait fâcheux de s’engager auprès d’une marque et de finalement ne pas pouvoir honorer une mission par manque d’anticipation. Elle ou il doit également imposer ses limites (niveau disponibilité et temps de travail accordé·es à un projet) pour mener différents sujets efficacement sur une même période.

Selon le statut choisi, les indépendant·es seront également amené·es à acquérir les bases de la gestion financière, de la fiscalité, du droit social, du droit contractuel, de la comptabilité etc. pour gérer leur entreprise correctement.

En somme, un·e freelance doit être polyvalent·e, autonome et organisé·e.

Les qualités du freelance

Articles similaires