ITW avec Jean, CEO de Collective – Monter son Collectif de freelances

Rémy
0 commentaire
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Questions posées à Jean, CEO de Collective :

Peux-tu ré-expliquer rapidement ce qu’est un collectif ?

Bien entendu !

Les collectifs sont des équipes de talents qui réunissent sous un même nom leurs compétences et leur réseau.

La forme de collectifs la plus répandue aujourd’hui est celle du collectif de freelances : des indépendants aux expertises complémentaires qui s’unissent pour proposer une offre de services commune, et qui de fait concurrent les traditionnelles agences et cabinets de conseil.

Ils forment une alternative plus experte, plus transparente et plus humaine que les entreprises de service traditionnelles.

En parallèle d’autres collectifs émergent :

  • Des collectifs d’experts salariés en CDI, qui souhaite proposer une offre de conseil en parallèle de leur activité principale
  • Des collectifs « métiers » (avocats, médecins…) qui souhaitent créer un effet de réseau autour d’une marque commune et surtout s’entraider

En quoi rejoindre ou créer un collectif de freelances est un booster de croissance pour leur activité économique ?

Il y a 4 effets principaux :

  • La mutualisation du réseau : les membres de collectifs peuvent se partager les projets qu’ils reçoivent au gré de leur disponibilité. Schématiquement, au lieu de perdre un client par manque de bande passante, ils peuvent le rediriger vers le collectif. Tout le monde y gagne.
  • L’accès à des projets plus larges, à des clients avec plus de budget : en formant un collectif, les membres séduisent des clients avec davantage de budget (ceux qui auraient traditionnellement fait appel à une agence) et accèdent à des projets plus ambitieux qu’en solo (besoin de collaboration et de compétence complémentaire pour mener le projet en autonomie).
  • L’augmentation du prix : en justifiant des expériences communes, un projet commun et des synergies tangibles, un collectif peut proposer des services à un prix plus élevé qu’une somme indifférenciée d’indépendants.
  • La centralisation de leurs coûts : en collectif, les membres peuvent diviser entre eux des coûts traditionnellement fixes pour les indépendants (outils de facturation, gestion, outils métiers…).

Qu’est-ce que ça implique dans la vie de tous les jours de rejoindre un de ces collectifs ? Comment se passe la gestion d’un appel d’offres ? et la livraison des projets ?

Cela permet aux membres de travailler à plusieurs sur des projets communs et d’éviter le sentiment de solitude qui accompagne souvent le travail indépendant. Cela offre également la possibilité de consulter d’autres membres en cas de challenge sur un sujet chaud du moment. Enfin, le collectif permet de tirer profit d’une formation continue, grâce aux complémentarités des membres du collectif.

L’appel d’offres n’a en réalité que rarement lieu lorsqu’un collectif travaille avec un client : c’est un processus de négociation très humain et assez classique. Généralement, les collectifs choisissent leurs clients (et réciproquement).

Le client et le collectif échangent autour du projet, le client vérifie que le collectif est capable de mener le projet (via des études de cas sur des réalisations précédentes), et si le fit humain (et budgétaire) est présent, le projet démarre.

Il y a trois grands formats de réalisation de projet :

  • Au livrable : le collectif et le client définissent une série de livrables précis, auxquels sont associés une date butoir de livraison. Le client paie un acompte (généralement 30%) sur le projet, et le reste à la livraison de chacun des livrables.
  • Le forfait jour-homme : lorsque les livrables sont plus difficilement quantifiables, le collectif et le client vont s’accorder sur un nombre de jours durant lequel un (ou plusieurs) membres du collectif travailleront sur le projet. A la fin du mois, les jours effectués sont facturés par le collectif.
  • Le récurrent : Quand la collaboration sur un format « forfait jour-homme » s’étend de manière prévisible, le client va « s’abonner » au collectif. Il payera tous les mois un nombre de jours mis à disposition par le collectif.

Pourquoi selon toi, les collectifs de freelances ont un avenir pérenne ?

Les collectifs sont l’avenir du travail indépendant !

Il y a trop d’avantages au fait de travailler en collectif pour que la tendance (qui explose ces 2 dernières années) ne s’essouffle :

  • Projets d’envergure, à plusieurs
  • Accès à des budgets plus élevés
  • Soutien des autres membres
  • Stabilité de l’activité
  • Partage d’opportunités
  • Mutualisation des coûts

Nous sommes certains que demain, la majorité des indépendants rejoindra un ou plusieurs collectif !

Une précision importante : au sein d’un collectif, les membres ne travaillent pas nécessairement ensemble sur chacun des projets, ils peuvent tout à faire continuer à traiter avec des clients en direct.

L’avenir du travail indépendant se fera à plusieurs.

Tout le monde peut créer un collectif ?

Oui ! On observe des collectifs dans tous les secteurs de métiers (Collective a même reçu des demandes pour créer des collectifs d’artisans), et pour tous les statuts (CDI, CDD, auto-entrepreneur, chef d’entreprise, personne en transition professionnelle, retraités…)

La mission de Collective est de permettre à tout le monde de créer ou de rejoindre un collectif, sans formalités administrative ou juridique.

Existe t-il un modèle à suivre pour que celui-ci fonctionne ? En retrouve t-on ailleurs que sur des professions digitalisées ? Je pense notamment aux nombreux thérapeutes que nous accompagnons 😉 !

Nous observons 4 grands modèles de collectifs ([lien à venir]), qui peuvent être adaptés sur des professions variées.

  • Les équipes de freelances menant des projets à plusieurs
  • Les experts part-time : des managers en CDI qui trient leurs clients sur le volet
  • Les solo-freelances réunis : des projets en solo, sous une même marque, des ressources mutualisées
  • Les communautés : partage de ressources, sans offre commune

Des exemples de collectifs qui marchent ? Et qui ont établi une image de marque positive ?

Lalilala est un collectif très établi dans la création de sites internet, qui a mené plus de 6 projets en 3 mois via Collective. En marketing digital, vous retrouverez des experts reconnus de l’écosystème chez Growth.team et Bulldozer.

Qu’est-ce Collective va apporter aux collectifs de freelances ?

Collective est déjà l’outil qui permet déjà à des centaines de collectifs de gérer l’ensemble de leur processus commercial. En parallèle, nous leur fournissons un accès à des centaines de projets à mener en collectif.

Nous construisons une plateforme ultra-complète, intégrant bien entendu le suivi et la gestion de projet, mais également des fonctionnalités bancaires (affacturage, mutualisation des dépenses, crédit…) et tout ce qu’une entreprise offre habituellement à ses collaborateurs (avantages, événements…)

Articles similaires

Questions posées à Jean, CEO de Collective : Peux-tu ré-expliquer rapidement ce qu’est un collectif ? Bien entendu ! Les collectifs sont des équipes de...