Fixer ses tarifs en tant que freelance : 10 conseils 

article publié le
Fixer ses tarifs en tant que freelance : 10 conseils

Sommaire

En tant que freelance, le sujet de la tarification est souvent délicat

Il ne faut pas proposer des tarifs trop élevés pour garder les prospects intéressés, mais pas non plus trop bas au risque de décrédibiliser son travail et de ne pas vivre décemment. 

Au final, il faut trouver un juste équilibre entre la valorisation de ses compétences et l’attrait pour les client·e·s.

Nous savons que lorsqu’on se lance, ce sujet peut être un véritable casse-tête et pourtant, il est crucial dans la réussite de votre activité. On vous a alors préparé une liste de 10 conseils qui vous aideront à mieux fixer vos tarifs. 

1. Connaître ses coûts

La connaissance de vos coûts est le fondement même de la tarification en tant que freelance. Il est impératif de comprendre (et de calculer) vos dépenses, qu’elles soient professionnelles ou personnelles. 

Par exemple : outils, logiciels, frais de déplacement, loyer, dépenses quotidiennes, vacances,  mutuelle, prévoyance, frais de transport, impôts et taxes sociales, trésorerie à mettre de côté, etc.

Une fois ces coûts identifiés, vous connaîtrez le tarif de base pour couvrir vos dépenses, et pourrez calculer un tarif horaire (ou forfaitaire).

Attention : ne comparez jamais votre salaire à celui d’un·e salarié·e. Vous êtes responsable de votre entreprise : recherche de clients, gestion administrative… Votre tarification ne doit pas refléter uniquement le temps passé sur un projet, mais l’ensemble de tous ces facteurs.

De plus, vous n’avez pas le même filet de sécurité qu’un·e salarié·e (avantages sociaux, congés payés, sécurité d’emploi). Ça doit également être pris en compte.

Pour vous aider à fixer vos tarifs, de nombreux simulateurs vous aident à les calculer comme Mon Salaire En Net et Etineo.

Conseil pour fixer ses tarifs en tant que freelance : connaître ses coûts et calculer ses dépenses

2. Étudier le marché

La recherche est une étape cruciale pour fixer des tarifs compétitifs en tant que freelance. Analysez attentivement les tarifs pratiqués par d’autres professionnel·le·s de votre secteur. Comparez les tarifs en fonction de l’expérience, des compétences et des services offerts. 

Au-delà des tarifs, prenez en considération les services supplémentaires ou les éléments uniques que vous offrez. Si vous proposez des services de valeur ajoutée, cela peut justifier des tarifs plus élevés par exemple.

Vous pouvez aussi vous renseigner auprès de votre cible ou des prospects que vous visez : 

-> combien paient-ils en temps normal pour des prestations comme la vôtre ? 

-> combien sont-ils prêts à payer en plus pour votre service ?

3. Évaluer ses compétences et son expérience

La tarification en tant que freelance dépend principalement de votre expertise et de votre expérience. 

Prenez le temps d’évaluer objectivement votre niveau dans votre domaine en explorant vos réalisations passées par exemple. Plus vous êtes expert·e dans votre domaine, plus vous pouvez fixer des tarifs élevés.

4. Définir ses objectifs financiers

Vous devez fixer des objectifs financiers clairs, à court et à long terme. Cela peut être des revenus mensuels, des économies pour l’avenir ou des investissements dans votre entreprise.

Vous aurez une idée précise de ce que vous souhaitez percevoir, et donc à combien fixer vos tarifs. 

Attention cependant à rester réaliste. Fixer des tarifs trop bas rendra difficile l’atteinte de vos objectifs, tandis que des tarifs trop élevés peuvent éloigner les prospects. 

5. Considérer la demande et la rareté

La loi de l’offre et de la demande s’applique également dans le domaine du freelancing. 

Si vos compétences sont hautement demandées et peu courantes, vous pouvez fixer des tarifs plus élevés. Une expertise rare est souvent valorisée par les client·e·s, prêt·e·s à payer davantage pour des services de qualité.

Pour évaluer la demande, recherchez les tendances du marché. Parlez à d’autres professionnel·le·s, restez à l’affût des opportunités. C’est la même chose pour l’offre. Si ce que vous proposez comme services est également proposé par des milliers d’autres freelances, vous serez obligé·e d’adapter vos tarifs.

6. Offrir différentes options tarifaires

Proposer des options tarifaires variées peut être une stratégie efficace pour attirer différents types de client·e·s. La création de packages ou d’options tarifaires flexibles permet de répondre à une variété de besoins et de budgets.

Par exemple, vous pourriez offrir des forfaits de services à différents niveaux (basique, standard, premium). 

Vous souhaitez proposer une réduction à un·e client·e ? offrez une partie de vos services, plutôt que de baisser votre valeur.

7. Ne pas sous-estimer son travail

Vous devez valoriser votre travail à sa juste valeur. Évitez de brader vos tarifs pour remporter des contrats. En sous-estimant vos services, vous risquez non seulement de diminuer votre propre valeur, mais aussi de donner l’impression que la qualité de votre travail n’est pas à la hauteur. Apprenez à expliquer et à justifier vos tarifs en mettant en avant la valeur ajoutée que vous offrez à vos client·e·s.

Conseil pour fixer ses tarifs en tant que freelance : ne pas sous estimer son travail

8. Réévaluer régulièrement ses tarifs

La tarification en freelance n’est pas statique. Il faut revoir régulièrement vos tarifs pour refléter votre expérience croissante, les évolutions du marché et l’acquisition de nouvelles compétences. Planifiez des moments spécifiques, par exemple chaque année, pour ajuster vos tarifs en conséquence.

Cela vous permettra de maintenir une tarification compétitive et d’assurer une juste rémunération pour votre travail.

9. Communiquer efficacement ses tarifs aux clients

La communication est la clé lorsqu’il s’agit de présenter vos tarifs à vos prospects. Ils ont besoin d’être rassuré et surtout de comprendre pourquoi ils donnent cet argent.

Expliquez leur ce que vos tarifs incluent, et mettez en avant votre valeur ajoutée. Vous savez que derrière un projet, ce n’est pas seulement quelques heures de travail. Mais eux ne le savent peut-être pas, ou ne s’en rendent pas compte. 

Plus vous serez professionnel·le et transparent·e, plus vous établirez une relation de confiance et éviterez les malentendus.

10. Se former avant de se lancer en freelance

Lorsqu’on veut se lancer en freelance, on pourrait croire que c’est une formalité et “qu’il n’y a plus qu’à”.

En réalité, ça demande une préparation minutieuse de son projet sur de nombreux sujets. Quelle stratégie de contenu ? Comment trouver des missions ? Sur quelle plateforme créer son site ? Comment négocier avec ses prospects ? Comment gérer son temps ?

Vous faire accompagner dans votre lancement en tant qu’indépendant·e s’avère extrêmement bénéfique. 

Chez Digi Atlas, on vous aide à acquérir toutes les compétences nécessaires pour être prêt·e.

Avec des cours mis à jour et disponibles à vie, des classes virtuelles et un accompagnement personnalisé sur votre projet. La formation “Devenir freelance et trouver des missions” vous préparera à tous les aspects du freelancing (et en plus, c’est 100% finançable par votre CPF et Pôle Emploi !).

Un peu plus de lecture

Chaque semaine, découvrez un article inédit lié au monde du numérique ! À tous les esprits curieux, profitez de votre lecture !