Marketing d’influence : influence ? influenceur ?

William Choi
0 commentaire
Facebook
Twitter
LinkedIn


Qu’est-ce que l’influence et qui sont les influenceur·euse·s ?

Même si ces mots n’ont fait leur entrée dans les dictionnaires Larousse et Robert qu’en 2017 (en même temps que “googliser”, “retweeter”, “gamer” ou “disruptif”), les termes “influenceur” et “influenceuse” sont aujourd’hui largement répandus et utilisés. 

Un influenceur ou une influenceuse, c’est une personne qui s’expose grandement sur Internet, et qui a une influence sur les internautes qui le ou la suivent, et notamment sur leurs décisions d’achat. Cette influence repose sur une réelle relation de confiance née de l’authenticité, l’expertise et la proximité que propose la personne qui crée et publie le contenu. 

Et bien que l’appellation “influence” soit relativement récente, le phénomène est loin d’être nouveau : toute célébrité présente dans une campagne publicitaire entre également dans la case de l’influence. Il y a quelques années encore, on les appelait plutôt “leader d’opinion”, et les personnes qui portaient ce statut n’étaient pas si nombreuses.

Désormais, avec l’émergence des réseaux sociaux et des blogs depuis les années 2000-2010, ce nouveau type de profil (et le terme associé) se démocratise.

 

L’origine de l’influence

C’est Paul Lazarsfeld, sociologue américain, qui développe le concept d’influenceur et influenceuse en 1940.

Lors d’une campagne présidentielle, il suit un groupe de 600 électeur·rice·s pour étudier leur comportement. Il prouve alors que le vote n’est pas forcément un choix individuel et que tout l’entourage des individus suivis (amis, famille et groupes auxquels ils et elles appartiennent) ont un poids sur leur prise de position dans cette élection.

Et c’est à guère avant cela que l’on estime que les premier·e·s véritables influenceur·euse·s remontent : au début du 20ème siècle. Dans les années 1920, quelques marques se lancent avec un produit unique et créent, pour leur promotion, des personnages, pensés pour déclencher émotionnellement les décisions d’achat des consommateur·rice·s.

Le Père Noël est probablement la figure la plus populaire dans l’histoire du marketing d’influence, du moins dans les pays occidentaux. L’homme barbu et généreux que nous connaissons aujourd’hui aurait été inventé par Coca-Cola, et il est devenu bien plus qu’un simple influenceur de marque à ce jour.

Cependant, les influenceur·euse·s ne sont pas seulement des figures emblématiques de la publicité : iels sont souvent des êtres humains, avec une personnalité et des intérêts propres, et une communauté plus ou moins large et engagée.


La différence entre macro-influence et micro-influence

La réponse ici réside dans le nombre d’abonné·e·s qu’enregistre la personne influente.

En effet, le ou la macro-influenceur·euse comptabilise plusieurs centaines de milliers, voire millions, d’abonné·e·s, tandis que le ou la micro-influenceur·euse a une plus petite communauté. Variant entre 10 000 et 100 000 followers, ce qui lui permet de faire valoir sa fine connaissance d’une communauté bien identifiée.

Car, il serait bien dommage de ne se référer qu’à la quantité de personnes abonnées à un compte pour mesurer l’efficacité d’influence. En effet, une communauté de niche, très engagée, aura plus d’intérêt pour une marque de petite à moyenne taille, qu’une communauté vaste et peu dynamique.

Pourquoi ? Car une quantité moindre de personnes permet un ciblage plus précis des profils, une meilleure communication pour les entreprises et ainsi un meilleur retour sur investissement.

Les micro-influenceur·euse·s sont apprécié·e·s pour leur proximité avec leur public. Iels sont souvent plus accessibles, vis-à-vis de leurs abonné·e·s mais aussi des marques.
Un partenariat avec un·e micro-influenceur·euse est donc plus facile à réaliser et moins coûteux.


Par exemple, une nouvelle marque de chaussures de running serait habile de cibler une communauté d’athlètes en faisant appel à un·e influenceur·euse spécialisé·e et reconnu·e dans le domaine, pour toucher une audience qualifiée et déjà intéressée par le sujet et, par extension, le produit. Contacter une personne de macro-influence moins investie dans le secteur permettrait, certes, une plus grande visibilité, mais sûrement moins d’intentions et d’actions d’achat.

En effet, identifier les bonnes personnes d’influence pour communiquer son offre demande du travail pour les marques, et les résultats ne sont pas toujours garantis. Une étude approfondie est donc importante pour réussir sa stratégie de marketing d’influence, et atteindre ses objectifs.


Les différentes catégories d’influenceur.euse·s

Les personnes célèbres

Depuis toujours, les acteur·rice·s, chanteur.euse·s ou encore les sportif.ive·s sont plébiscité·e·s par les marques pour devenir ce qu’on appelle des égéries. Elles font rêver, elles portent des valeurs de succès, parfois de beauté, de performances. La société s’y réfère donc.

Et, bien que ce ne soit pas leur métier premier, la création de partenariats avec les marques fait des célébrités des influenceur·euse·s. De plus en plus de personnalités utilisent leur compte personnel sur les réseaux sociaux pour promouvoir des marques. Si ce n’est pour créer la leur et profiter de leur crédibilité et visibilité auprès de communautés déjà en place.

Comme Jennifer Lopez et ses quelque 215 millions de followers sur Instagram qui a lancé une marque de cosmétiques, ou Usain Bolt à la communauté de plus de 11 millions de personnes qui parle régulièrement trading sur son compte.

Les superstars du Web

L’arrivée d’Internet dans notre quotidien a été synonyme d’émergence de nouvelles célébrités, qui ont su se faire une place et un nom sur la planète réseaux sociaux. Au fil des années, ces personnes ont développé des communautés fortes, autour de sujets divers (l’humour, le voyage, la cuisine, le yoga, etc.), sur Youtube, Twitter, Instagram, Facebook, etc. Et certaines vivent désormais de cette présence digitale assidue. Ainsi, grâce à un tweet, un post ou une vidéo, iels sont capables de générer beaucoup de visibilité et de trafic (mesurée en nombres de vues, likes et partages notamment), et proposent donc ces atouts à des marques et projets.

Ces personnes sont largement sollicitées dans le cadre de promotion de produits. En plus d’en recevoir gratuitement pour les tester, ces influenceur·euse·s sont contracté·e·s et payé·e·s en fonction de leur notoriété pour en parler. Pour les plus grandes stars du Web, aux communautés colossales, un partenariat avec une marque peut rapporter gros (des deux côtés).

Les influenceur·euse·s spécialisé·e·s

Les influenceur·euse·s spécialisé·e·s tiennent des comptes ou des blogs sur des secteurs de niche. Iels mettent en avant une réelle expertise, qui les crédibilise, et sont donc plus légitimes de parler de leur sujet contrairement aux influenceur·euse·s généralistes.

Iels attirent et fédèrent un public réellement intéressé par le thème abordé, ce qui est une grande opportunité pour les marques. En faisant la publicité d’un produit en rapport avec leur secteur, iels donnent une visibilité ciblée aux marques et répondent à de vraies attentes de leur audience.

Le cas du blogueur ou de la blogueuse

Les blogueurs et blogueuses entrent également dans la catégorie des influenceur·euse·s. Leur communauté se trouve sur leur propre espace de partage, certes, mais elle s’engage tout autant (en commentant, en partageant, etc.). Iels sont alors rémunéré·e·s pour parler d’un sujet ou d’un produit en particulier au travers d’un article de blog en rapport avec le thème général de leur blog.

C’est alors à la personne qui tient le blog de juger de la pertinence, ou non, de la collaboration et de produire le contenu écrit dédié, en lien avec son ton.

 

Influenceur·euse, une économie d’avenir ?

Les influenceurs et influenceuses tirent leurs revenus des partenariats rémunérés, dits “sponsorisés”, avec des marques, et ce, de différentes manières en fonction de leurs réseaux sociaux de prédilection.


L’exemple de YouTube :

Souvent contacté·e pour des placements de produit, le ou la créateur·rice de contenu pour Youtube est amené·e à mettre en avant des marques dans leurs vidéos. La manière dont cela est fait diffère selon la personne, son ton et le ton de la marque : iel peut glisser le produit discrètement dans son contenu (en l’annonçant quelque part cependant pour rester en règle), en parler ouvertement de manière sérieuse ou même de façon humoristique au sein d’une de ses vidéos YouTube.

 

Être influenceur ou influenceuse sur Instagram

Avec plus d’1 milliard d’utilisateur·rice·s actif·ive·s mensuel·le·s dans le monde, Instagram est l’un des réseaux sociaux qui a connu ces dernières années la plus forte croissance. 

Ce réseau social est le second réseau social le plus utilisé en France, juste derrière son propriétaire Facebook. Outil de publication photographique détourné en puissant réseau social, c’est un Eldorado pour les influenceur·euse·s déjà matures (comme les youtubeur·euse·s par exemple) ou les influenceur·euse·s émergents (issu·e·s de TikTok notamment).

Instagram devient alors le relais de contenus d’autres plateformes, ou l’espace où le ou la créateur·rice va diversifier ses sujets et formats pour étendre sa communauté.

 

Comment devenir influenceur ou influenceuse sur Instagram ?

Pour devenir influenceur·euse sur Instagram, il n’y a pas de recette secrète.

Il reste néanmoins possible de devenir un·e bon·ne créateur ou créatrice de contenu et de mettre toutes les chances de son côté en se formant sur les outils digitaux et en développant des compétences de marketing d’influence en maîtrisant les réseaux sociaux, le copywriting, le personal branding et bien plus encore. 

Construire une communauté prend du temps, et les premiers arrivé·e·s en profitent souvent plus vite. Cela va de soi : les influenceur·euse·s qui ont déjà une communauté active sur les réseaux sociaux depuis des années ont évidemment une longueur d’avance !

Si vous partez de zéro sur Instagram, la construction de votre communauté peut prendre des mois (voire des années). Mais faire décoller votre compte reste possible, avec la compréhension des algorithmes, l’assiduité et une bonne stratégie.

 

L’idée, dès le départ, est de se soucier de l’esthétique de votre compte, de choisir un sujet que vous maîtrisez et sur lequel vous êtes légitime. Vous allez par la suite choisir les bons hashtags en fonction de votre sujet, et publier régulièrement du contenu engageant : les story sont très appréciées ainsi que les lives (des stories en direct idéales pour la proximité et l’interaction) ! De plus, les nouveaux algorithmes favorisent les productions de contenus vidéos au détriment des photos : suivez ce mouvement pour que l’application pousse votre contenu vers de nouvelles personnes.

De plus, afin de forger votre contenu, il peut être bénéfique de regarder et analyser les publications des influenceur·euse·s de votre secteur :

  • leur comportement 
  • leur contenu : montrent-iels leur visage ?
  • ce qu’iels partagent : quels sujets ?
  • leur discours
  • les posts les plus populaires

Toutes ces informations vous permettront de vous placer au sein de votre éco-système, en suivant les bonnes pratiques tout en vous différenciant de ce qui existe déjà. Et cela ne peut passer que par l’authenticité : après tout, vous êtes uniques.

 

TikTok : le nouveau terrain de jeu pour les influenceur·euse·s

Initialement liée au monde de la musique, TikTok demandait aux utilisateur·rice·s de partager avec leurs contacts des vidéos de danse et tendances.

Mais l’application chinoise s’est bien diversifiée. TikTok est devenu un leader parmi les réseaux sociaux, se classant dès lors parmi les canaux incontournables du marché du marketing d’influence.

 

 

Cette dynamique fulgurante s’explique par le fait que la plateforme est désormais avant tout un lieu d’expression, où s’associent divertissement et contenu à consommation rapide (appelé “snack content”). Tous les sujets y sont traités.

Sur TikTok, tout repose sur la viralité. Les vidéos les plus populaires deviennent des challenges, du contenu viral répliqué par des milliers de personnes, et donc un moyen efficace d’atteindre des objectifs marketing. Participer à ces  trends (tendances qui reposent sur l’utilisation de sons) est un bon moyen d’augmenter la visibilité de sa marque.

Et les indicateurs montrent que TikTok est désormais l’un des meilleurs leviers du marketing d’influence. La plateforme attire de plus en plus de publics différents et permet des formes de prise de parole très libres, bien moins cadrées que sur d’autres supports digitaux. L’authenticité prime, et les gens y répondent.

Ce qui explique que bien des personnes d’influence actuelles viennent compléter leur présence en ligne sur l’application chinoise, et que bien d’autres personnes, jusqu’alors anonymes, se lancent dans la création de contenu, fédérant, vidéo courte après vidéo courte, une communauté qualifiée.

 

Peut-être même serez-vous la prochaine personne à se lancer pour devenir influenceur ou influenceuse ?

Articles similaires